De l’intérêt pour l’entreprise d’utiliser les outils de la performance sportive (1/5)

20 août 2022

Ou comment certaines méthodes employées dans le sport de haut niveau à des fins de performance durable, peuvent être appliquées, de manière adaptée, par l’entreprise, avec le même objectif et la même efficacité. Cette première partie (1/5) établit les caractéristiques communes fondamentales au milieu du sport professionnel et à celui de l’entreprise.

par Pierrick GILLET (Coach Lyon) et Sophie BOUVARD – lecture 4 minutes


Les premiers dirigeants qui se sont intéressés aux outils de la performance sportive adaptables à leur société, étaient sans doute eux-mêmes des passionnés de sport.

Cependant, cette pratique se généralise au sein des entreprises, bien au-delà des passions, notamment pour traiter la problématique de la cohésion d’équipe. Cette évolution tend à démontrer que l’entreprise a perçu certains aspects communs avec le sport professionnel. Entre enjeux et particularités, les principaux liens résident dans la dimension concurrentielle, les investissements financiers, le rôle déterminant de l’Humain dans l’atteinte des objectifs, et dans la nécessaire pérennité de la performance.

Compétition sportive et concurrence économique

L’entreprise sur son marché, comme l’athlète ou l’équipe, engagés dans une compétition sportive, doivent performer pour faire face à la dimension concurrentielle.

Profit ou victoire, parts de marché ou points au championnat, atteindre les objectifs fixés dépend des stratégies et tactiques mises en œuvre par les différents acteurs pour dépasser leurs adversaires ou concurrents. Le lien demeure d’ailleurs si fort que des termes identiques décrivant ces principes de rivalité, s’emploient aussi bien dans les commentaires des compétitions que dans les Comités de Direction.   

Des investissements financiers très importants

Les enjeux financiers du sport professionnel n’ont plus rien à envier à ceux d’autres secteurs économiques.

Pour exemple régional (juste avant la période Covid), le budget annuel de l’Olympique Lyonnais approchait 285M€ pour la saison 2018/2019 (source : l’équipe.fr), pour un CA qui allait dépasser 300M€ en fin de championnat (source : Olympique Lyonnais). De grandes masses financières permettant au club de football de figurer parmi les entreprises les plus influentes du Rhône.

Sur des formats « PME », à la même période, le budget de l’ASVEL Basket s’élevait à 11.4 M€  et celui du LOU rugby à plus de 33 M€ (source : business-cool.com). Des investissements suffisamment importants permettant de valider le sérieux des méthodes employées pour assurer leur rentabilité.

Rôle prépondérant de l’Humain dans la Performance

Si la place de l’Humain dans la réussite sportive ne fait aucun doute, elle est encore parfois (mais de plus en plus rarement) discutée dans l’entreprise, et plutôt logiquement dans les secteurs pouvant bénéficier de l’automatisation et de la robotisation. Finalement, la performance tiendrait plus à la qualité des process et des outils utilisés, qu’à l’action humaine. Et le seul rôle du Manager serait de veiller au respect de l’application des procédures par ses collaborateurs afin que le parc machines fonctionne parfaitement.

Toutefois, si l’homme ne peut rivaliser avec la puissance et la fiabilité de la « machine », cette dernière n’est pas en capacité de tout anticiper et de décider s’il faut faire preuve d’adaptations après analyse de nouvelles entrées. A ce jour, seul l’humain dispose du rôle de sa régulation, pour pallier aux dysfonctionnements de n’importe quel système automatisé.

Les process restent donc importants mais l’Homme, avec sa qualité d’adaptation, conserve un rôle prépondérant dans la performance des entreprises.

Ce constat a permis de faire évoluer les modes de Management, de l’ « Homme outil » à l’ « Homme acteur », renvoyant possiblement aux méthodes appliquées dans le sport professionnel.

L'enjeu de la performance durable

L’enjeu de la Performance Durable

Au-delà de la victoire lors d’une compétition, l’objectif du sportif professionnel demeure non seulement d’avoir une longue carrière, mais de réussir également son « après carrière ». Cela nécessite évidemment une grande rigueur, et pas seulement physique. Il lui faut nécessairement respecter des valeurs morales. Les dopés et tricheurs tristement célèbres ont vu leur carrière stoppée net ou leur objectif de reconversion entravé en tentant de s’affranchir du respect des règles.

En parallèle, le monde de l’entreprise a fini par comprendre qu’il ne peut y avoir de performance durable sans respect d’une éthique. Impossible à long terme de prospérer aux dépens de son environnement contextuel et humain. La généralisation de la RSE constitue aujourd’hui une traduction de cette prise de conscience ainsi que la prise en compte dans le management actuel du bien-être des collaborateurs.  

La partie suivante de cet article définira les compétences communes nécessaires à la performance chez les sportifs professionnels et les acteurs de l’entreprise.

Lire la 2nde partie


Pierrick GILLET, Coach et consultant en efficacité professionnelle
Sophie BOUVARD, Responsable Achat Région Grand Groupe