De l’intérêt pour l’entreprise d’utiliser les outils de la performance sportive (3/5)

7 septembre 2022

Ou comment certaines méthodes employées dans le sport de haut niveau à des fins de performance durable, peuvent être appliquées, de manière adaptée, par l’entreprise, avec le même objectif et la même efficacité. Cette troisième partie (3/5) décrit une méthode d’évaluation des qualités individuelles utilisées dans le sport professionnel et propose des adaptations pour l’entreprise.

Par Pierrick GILLET (Coach Lyon) et Sophie BOUVARD – lecture 5 minutes

Introduction sur l’origine et la pertinence des outils et méthodes

Dans le sport de haut niveau, comme évoqué précédemment, les enjeux économiques sont importants voire considérables (football ou basket US). Et dès lors qu’il a été entendu que l’athlète n’était pas le seul responsable de sa propre performance et qu’il était nécessaire de lui proposer les conditions favorables à la réussite, de nombreuses études scientifiques ont été commandées et des outils construits pour pouvoir maitriser et optimiser la performance sportive.  Le sport est alors entré dans l’ère du professionnalisme et n’a depuis cessé de progresser dans tous les domaines de la performance : pas seulement dans les domaines techniques de chaque discipline, mais aussi dans la préparation physique, la préparation mentale et le management des sportifs et des organisations sportives.

Parmi les outils les plus intéressants figurent les méthodes d’évaluation des qualités individuelles, le sport ayant compris que seul l’individualisation des charges de travail pouvait conduire à la performance, y compris collective. Et pour individualiser un programme, il est nécessaire de connaître au départ les qualités et défauts d’un athlète.

De l’intérêt des tests

Nous abordons ici l’utilisation des outils dans le monde du sport pour développer la performance. Il ne s’agit pas toujours d’outils créés spécifiquement par le monde sportif, mais très souvent de tests ou de méthodes fabriqués par la science à l’usage des psychologues et adaptés au monde sportif.

Les tests évaluant les qualités mentales, peuvent varier selon les problématiques à solutionner – mais la démarche est systématiquement individualisée. Elle permet de dessiner certains contours de la personnalité, à un instant T et de distinguer état et trait dominants.

Le trait décrit une caractéristique stable de la personnalité et constitue donc une particularité de l’individu. Le trait ne varie guère tout au long de la vie s’il n’y a pas de volonté consciente de le faire évoluer. Nous sommes par exemple ambitieux, créatif, humble, dynamique, impatient…

L’état, au contraire, est lié à la situation. Il s’agit d’une caractéristique passagère qui décrit nos réactions dans une situation donnée. Pour exemple célèbre, Zinédine Zidane, de nature plutôt calme et réfléchie, a réagi avec beaucoup d’impulsivité lors de la finale de la Coupe du Monde 2006, avec son fameux « coup de boule » en réaction aux insultes du joueur italien.

Afin de maîtriser au mieux nos émotions dans des situations particulières, il est donc intéressant d’apprendre à bien se connaître, aux travers de ces tests. Ces données,  collectées auprès des collaborateurs, seront également très utiles et intéressantes pour permettre à un manager en quête d’optimisation et d’efficacité, d’adapter ses décisions.

Coaching gestion du stress

Un test d’évaluation des habiletés mentales, adaptable à l’entreprise

L’un des tests les plus intéressants utilisés dans le monde du sport est l’OMSAT [Ottawa Mental Skills Assessment Tool] (Durand-Bush, Salmela, & Green-Demers, 2001).

Cet outil, validé scientifiquement et largement éprouvé sur le terrain, permet d’évaluer les principales habiletés mentales nécessaires pour obtenir des performances régulières à haut niveau. Les résultats au test OMSAT aide à définir forces et faiblesses du sportif et à lui proposer un programme d’entraînement mental individualisé sur un cours terme. Il comprend près de 50 questions avec 7 réponses possibles, graduées de « pas du tout d’accord » à « tout à fait d’accord » (auxquelles correspondent des notes de 0 à 6). Il évalue ainsi 12 habiletés mentales regroupées en 3 grandes composantes.

  • Les Habiletés de Base : fixation de buts, confiance en soi et niveau d’engagement
  • Les Habiletés Psychosomatiques, c’est-à-dire les (ré)actions physiques ayant une origine psychologique : réaction au stress, contrôle de la peur, activation, relaxation
  • Les Habiletés Cognitives, celles pouvant être améliorées par l’apprentissage : concentration, reconcentration, imagerie, pratique mentale, planification des compétitions

Dans le cadre de sa performance professionnelle, l’acteur Cadre de l’entreprise a tout intérêt de maîtriser les Habiletés de Base et Psychosomatiques, mais en revanche, les Habiletés Cognitives, mis à part la question de la concentration, sont souvent omises.

La capacité de planification des compétitions en milieu sportif peut se transformer en compétences organisationnelles et gestion des priorités dans le monde professionnel.

Cependant, l’intérêt de l’imagerie et la pratique mentale interroge un peu plus. Alors tentons de répondre.

L’imagerie permet de créer dans votre esprit, des images claires, accompagnées de sensations. Elle est employée dans le monde sportif pour résoudre des problèmes (techniques, tactiques, physiques) et améliorer son potentiel. Son usage régulier, qui se développe efficacement avec la pratique mentale (entraînement à l’imagerie), produit des différences significatives de performances en aidant à visualiser ses objectifs et le moyen de les atteindre. Elle améliore ainsi la confiance en soi et l’engagement, et permet la gestion du stress et des émotions.

Omsat modifié

Les questions peuvent être facilement adaptées aux acteurs de l’entreprise, sans risque de dévoyer le test. Prenons plusieurs exemples :

L’item 8, évaluant notre capacité de concentration : « Je perds ma concentration pendant les compétitions importantes » peut être transformé en : « Je perds ma concentration pendant les rdv importants »

L’item 12 portant sur la confiance en soi : « J’agis avec confiance même dans des situations sportives difficiles » peut devenir « J’agis avec confiance même dans des situations professionnelles difficiles ».

L’item 32 visant à évaluer notre réaction au stress : « Les grandes foules me rendent nerveux(se) en compétition » peut devenir « La présence de nombreuses personnes me rend nerveux(se) lors de rdv importants ».

Le constat est qu’il est ainsi possible d’adapter l’ensemble du test aux problématiques des acteurs Cadres de l’entreprise. Les résultats peuvent apporter autant d’informations intéressantes sur leurs forces et faiblesses, que pour un sportif de haut niveau, et ainsi permettre la mise en place de programmes adaptés pour améliorer le potentiel de chacun.

L’article suivant décrira de manière plus succincte d’autres outils de la performance sportive adaptable à l’entreprise.    


Pierrick GILLET, Coach et consultant en efficacité professionnelle
Sophie BOUVARD, Responsable Achat Région Grand Groupe