Se manager soi-même pour être plus efficient

14 décembre 2022

Pour être performant face à un défi (au sens anglo-saxon de « challenge »), il faut préalablement élaborer une stratégie. Celle-ci doit se bâtir sur nos qualités et permettre de compenser nos manques. Mais pour cela, il faut bien se connaître et savoir cultiver sa confiance en soi. L’objet de cet article est d’observer comment les sportifs de haut niveau développent et entretiennent leur confiance en eux dans un domaine précis.

par Pierrick GILLET (Coach Lyon) et Sophie BOUVARD – lecture 4 minutes


Introduction sur les principes de la performance sportive

Dans le sport de haut niveau, toute performance trouve son origine dans une succession de tactiques soigneusement préparées : du plan d’entraînement initial aux répétitions de combinaisons avant la compétition. L’entraîneur ou le préparateur utilise pour cela les lois de la physiologie, les lois du jeu mais aussi les particularités de la situation, de l’environnement et l’adversaire.

La programmation, la planification, la dynamique des charges de travail sont autant de méthodologies particulièrement élaborées et systématiquement utilisées dans le sport de haut niveau. C’est ce qui permet la prédiction de performance sur des objectifs de maîtrise.

En tout premier lieu, ils évaluent leur athlète ou leurs joueurs, individuellement, pour connaître leurs qualités et leurs défauts, ainsi que leur marge de progression. En somme, savoir de quelles armes ils disposent pour relever le défi.

Apprendre à se connaitre

Dans un contexte professionnel « non sportif », cette évaluation préalable est tout aussi fondamentale. Quelles sont nos qualités, nos défauts, l’image que l’on a de soi, nos croyances, l’influence de nos émotions, les fondements de notre motivation… ? On appelle cela la connaissance de soi. Ce sont autant d’informations que nous devons collecter pour ensuite améliorer les habiletés insuffisantes et élaborer la stratégie adéquate.

Mieux nous nous connaissons, plus nous pouvons compenser ou dissiper nos points faibles, et plus nous pouvons cultiver la sensation de nous comporter efficacement face aux situations en faisant forcément les bons choix et les bons gestes. La confiance en soi peut ainsi se définir par la perception que l’on a de ses capacités à agir efficacement. 

Cette croyance personnelle que l’on possède les capacités à affronter un type de situation et qui ne repose pas nécessairement sur une réalité objective est un des éléments centraux de la réussite sportive car il permet au sportif de surmonter les obstacles et gérer n’importe quelle situation délicate sans s’effrayer.

Performance sportive

Comment se construit la confiance en soi

« J’ai appris à m’évaluer avec le temps et l’expérience, et je le fais plutôt bien. Pour le moment, je suis assez confiant. »

Nicola KARABATIC 30/07/22 Le Parisien, à propos de sa surprenante longévité au haut niveau.

La confiance en soi est une mise en action de l’estime de soi et de la motivation, sans difficultés à gérer ses émotions ni son énergie. Son niveau peut varier selon les situations, selon les domaines.

La confiance prend son origine dans l’interaction entre la personnalité, l’éducation parentale et le contexte dans lequel le sportif a grandi. Elle devient ou pas une ressource interne.

Dans une même situation, à des moments différents, le niveau de confiance peut fluctuer, ce qui est totalement naturel. Cependant l’atteinte du niveau de confiance optimal reste l’objectif.

Une confiance excessive pourrait avoir pour effet une forme d’euphorie qui inciterait la personne à décrocher du réel tandis qu’une confiance optimale et équilibrée apporterait de la fluidité dans ses propos et ses actions. A l’inverse, une confiance relative ou faible engendrerait de l’inquiétude, ce qui pourrait perturber la mobilisation et la libération du potentiel énergétique et de la concentration.

Comment développer sa confiance en soi dans un domaine précis ?

La confiance en soi se construit sur les résultats des actions engagées. Il convient donc d’agir. Mais elle s’ancre aussi et surtout par la valorisation des capacités de la personne. L’important n’étant pas le diplôme obtenu par exemple, mais la conviction d’avoir acquis de nouvelles compétences.

La personne entre alors dans un processus vertueux qu’il est nécessaire d’entretenir et qui aura pour bénéfice d’interagir sur les autres domaines.

Par exemple, une personne décide de réaliser une action à sa portée et elle pense pouvoir y arriver. Elle relativise l’échec éventuel car celui-ci ne l’effraie pas. Elle essaie et réussit ce qu’elle souhaitait réaliser. Dans ce cas, elle se met en valeur et se sent fière d’elle. Elle ressent de la satisfaction car elle a été efficace.

Ce résultat l’encourage lors de décisions pour réaliser des actions ultérieures car elle ressent de plus en plus qu’elle pourra y arriver.

Confiance en soi

Par ailleurs, l’accumulation d’expériences réussies joue un rôle prépondérant dans le niveau de confiance en soi. En effet, si les parents remarquent et accentuent les actes de leurs enfants de manière positive, ceux-ci seront plus enclin à développer une image positive d’eux-mêmes et ainsi une confiance positive.

A l’inverse, si une personne manque de confiance en elle, elle a tendance à partir du postulat de départ qu’elle n’y arrivera pas avant même d’initier une action.

Cette personne anticipera l’échec et sera même effrayée par l’idée de l’échec elle-même. Elle préférera ne pas essayer quoi que ce soit et rester en retrait sans agir évitant ainsi d’obtenir ce qu’elle souhaite. Cette situation peut s’assimiler à un vrai blocage, à une fuite voire un échec.

La personne, ainsi enfermée dans ce mode de fonctionnement ne pourra pas se mettre en valeur. Elle peut ressentir de la honte de ne pas être en capacité d’agir et se le reprocher intérieurement, validant ainsi l’hypothèse de départ « qu’elle n’y arrivera jamais ».

Ce mécanisme ainsi mis en place et qui s’auto-alimente n’est en réalité qu’un cercle vicieux qui peut interférer de manière négative dans tous les domaines de la vie.

Le sentiment de compétence influence la confiance en soi

La perception de nos compétences est le fruit d’expériences passées, quand la perception de notre confiance influence le présent et le futur.

Si la connaissance de Soi peut être qualifiée de l’ensemble de la connaissance et des perceptions à propos de soi même dans les situations d’accomplissements, la confiance (autrement nommé Efficacité Personnelle) dans ce contexte est la somme des convictions permettant l’accomplissement des tâches académiques à des niveaux spécifiés. 

Ex de questionnement sur l’efficacité personnelle : « Est-ce que j’ai les capacités de réaliser cette tâche ? « Est-ce que je vais réussir telle action ?» etc. Exemple pour une basketteuse : combien de paniers peux-tu réussir sur 10 tentatives?

Ex de questionnement sur les compétences perçues : est–ce que je fais partie des meilleurs boxeurs en France, dans ma catégorie.

La perception que l’on a de soi même dans sa capacité à s’auto-décrire se pose en trois questionnements : « qui suis-je », « quelles sont mes forces et mes faiblesses » et « qu’est-ce que je vaux en tant qu’individu ».

Une confrontation bienveillante pour développer sa confiance en soi

Si vous avez conscience de manquer de confiance en vous dans certains domaines de votre vie ou de votre activité, il peut être intéressant de comprendre où se situe l’origine.

Quel événement ou succession d’événements ont pu fragiliser votre confiance à mener telle ou telle action : parler en public, danser, écrire, monter un dossier…

Un accompagnement sur une durée limitée, proposant un échange de qualité, en confiance, peut permettre dans un premier temps de comprendre POURQUOI, pour ensuite proposer des remédiations adaptées à chacun dans une logique d’autonomie. C’est ce que nous appelons la « confrontation bienveillante », devant permettre de mieux se connaître pour ensuite élaborer les stratégies d’action les plus adéquates.


Pierrick GILLET, Coach et consultant en efficacité professionnelle
Sophie BOUVARD, Responsable Achat Région Grand Groupe