De l’intérêt pour l’entreprise d’utiliser les outils de la performance sportive (5/5)

28 novembre 2022

Ou comment certaines méthodes employées dans le sport de haut niveau à des fins de performance durable, peuvent être appliquées, de manière adaptée, par l’entreprise, avec le même objectif et la même efficacité. Cette cinquième et dernière partie (5/5) décrit comment adapter à l’entreprise le principal outil utilisé dans le milieu des sports collectifs pour créer de la cohésion et une dynamique collective : le team building.

Par Pierrick GILLET (Coach Lyon) et Sophie BOUVARD – lecture 4 minutes

La cohésion comme avantage concurrentiel

Aucun titre de très haut niveau, international, de champion ou de vainqueur de coupe, dans n’importe quelle discipline, n’a été décerné à un groupe composés d’individus aussi talentueux étaient-ils, sans qu’une dynamique collective eut permis préalablement de construire une cohésion et une complémentarité parfaite.

Les amateurs de football, discipline pour laquelle les enjeux financiers sont sans doute les plus importants dans le sport de haut niveau, pourront le vérifier aisément à travers les échecs de l’équipe de France en Coupe du Monde 2002 ou lors de la dernière Coupe d’Europe. Mais également par l’absence de réussite des « galactiques » du Real de Madrid ou du parterre de stars du PSG en ligue des Champions. Additionner les talents, les compétences ne suffit pas pour réussir. Il est primordial de solidariser les membres du groupe autour d’un intérêt commun puis savoir manager individuellement et collectivement pour s’assurer de synergies performantes et ainsi atteindre l’objectif souhaité.

Construire une équipe et/ou renforcer sa cohésion : le Team Building

Au début d’une nouvelle saison ou de la préparation d’une compétition, les équipes se rassemblent à l’occasion d’un stage de plusieurs jours, autrement appelé : Team Building, afin de poser les bases de la collaboration entre chaque membre du groupe (manager et staff compris), définir les normes de « vie commune » ainsi que l’intérêt partagé, et surtout les moyens de parvenir à l’objectif commun. 

Proposer à ses collaborateurs un « Team Building » est une démarche devenue à la mode chez les managers français depuis une dizaine d’année. Une activité ludiqueayant pour objectif de renforcer la cohésion de l’équipe est souvent insérée entre la réunion de travail et le repas festif du soir. Si les activités collectives décontextualisées des tâches quotidiennes sont en effet un bon moyen pour faire progresser une équipe, leur utilisation est largement sous exploitée.

Pourquoi ne pas fournir une cohérence entre l’activité collective sélectionnée et un thème nécessitant d’être approfondi en atelier ou en conférence ?

La complémentarité, la solidarité, la capacité d’adaptation, la gestion du stress, la concentration sont, de manière non exhaustive autant d’enjeux de performance pour l’entreprise qui peuvent être abordés lors de Team Building. Pour chacun de ces thèmes, plusieurs activités plus ou moins ludiques existent selon l’intonation que l’on souhaite donner. Elles sont parfaitement appropriées et adaptées pour faire un lien subtil et profond avec le thème principal.

Une activité en lien avec le thème du séminaire et un débriefing

Le choix de l’activité est aussi important qu’il est vaste. De la simple initiation (apprentissage en communauté, comme le golf ou la cuisine par exemple), à l’expression collective (musique, danse…), en passant par des activités créatives (création de fresques…), de réflexion (Escape Game…), physiques (randonnée, Canoë…), avec adrénaline (accrobranche…) ou transversale… Le choix se fera donc en relation avec la thématique du séminaire, de manière à donner lieu à des actions, des interactions et des comportements des participants, observables et critiquables et devant nourrir la partie suivante. Les consignes d’exécution de l’activité peuvent être d’ailleurs adaptées pour avoir de la matière factuelle à analyser permettant d’accroître les effets étudiés.

Le débriefing reste par conséquent le temps le plus décisif dans la réussite du séminaire. Bien dirigé, il doit permettre d’atteindre l’objectif du Manager avec le traitement du sujet principal et des propositions de remédiations. Mais aussi et surtout, il permet aux collaborateurs de mieux comprendre les enjeux du thème abordé, à travers l’analyse de leur retour d’expérience vécue pendant l’activité. Il est donc nécessaire pour l’animateur de cette séquence débriefing de pouvoir anticiper les réactions naturelles des participants au séminaire. L’expérience et la connaissance du fonctionnement d’un groupe et des personnalités qui la composent sont donc les gages minimaux de réussite du team building.

« Lorsque deux forces sont jointes, leur efficacité est double » Isaac Newton

Trop souvent, ces temps de séminaire sont sous-exploités. Des réunions techniques y sont évidemment programmées auxquelles sont simplement rajoutés une activité ludique, qui fait rarement l’unanimité, et un diner festif où souvent les collaborateurs remplissent les tables par affinité, sans autres échanges avec le reste du groupe. Or ce temps, effectué en dehors de l’entreprise et qui rompt avec les routines quotidiennes du travail, est favorable à la réflexion et donc à l’évolution, à la remise en question des comportements individuels et à la cohésion du groupe. Il est essentiel pour cela de maitriser l’ensembles des facteurs de réussite du séminaire : lieu, activités, discours et planning.    

Ces courtes périodes de regroupement sont donc précieuses. La construction ou la progression d’une équipe performante passent toujours par ce que les sports collectifs appellent « stages d’avant-saison » ou « mises au vert ». Ils permettent de se (re)solidariser autour d’intérêts et de valeurs partagés, et d’apprendre à mieux se connaître pour mieux s’engager mutuellement dans les défis à venir.

Derrière chaque exploit sportif collectif, se cache un ou plusieurs « regroupements », conçus autour du thème de la cohésion.

Management bienveillant coaching